M. Erickson, son histoire.. sa philosophie...

Qui est Milton Erickson ?

    Milton Hyland Erickson est un psychiatre et psychologue américain, et un des grands noms de l'hypnose thérapeutique et de la psychothérapie du XXème siècle. Né en 1901, M. Erickson a grandi dans le Nevada et, plus tard, dans le Wisconsin. Pour l'éminent thérapeute qu'il était, il eut une enfance paradoxale, atteint notamment de troubles sensoriels et autres : il est daltonien, amusique et présente une sévère dyslexie. A l'âge de 17 ans, il contracte également une forme grave de poliomyélite. C'est grâce à ses nombreuses difficultés de santé que M. Erickson développe petit à petit un sens aiguisé de l'observation des gens, de leurs comportements, et de leurs façon d'apprendre. Il y découvre également que le cerveau est capable de se mettre en condition pour gérer bien des situations, et ce via l'autohypnose. C'est en 1921 que, malgré les séquelles de la polio, Erickson s'incrit en médecine et en psychologie à l'université de Wisconsin. En 1923, il plonge réellement dans le domaine de l'hypnose en suivant un séminaire sur ce sujet et en y entreprenant un travail expérimental. M. Erickson obtient le soutien de plusieurs professeurs de psychologie et de neurologie comme Joseph Jastrow et Hans Rees. En 1928, il obtient son doctorat de médecine et sa maîtrise de psychologie. Il devient, en 1934, directeur de l'hôpital de la recherche psychiatrique Eloise, ce qui lui permet de continuer ses travaux sur l'hypnose. Après avoir participé aux recherches de la psychologie en temps de guerre, à un grand nombre de séminaires et d'expérimentations, et collaboré avec de grands noms dans le domaine, il finit par ouvrir son cabinet privé dans l'Arizona. Mort en 1980, Milton Erickson a grandement contribué à l'avancée de la psychothérapie, et est considéré comme le père de la communication moderne et du nouvel hypnose thérapeutique

La philosophie Ericksonienne

                           La philosophie Ericksonienne se base sur trois points :

. Nous considérons que toutes "théories psychologiques" peuvent savérer être une entrave dans l'aide apportée aux patients. Nous pensons qu'il ne faut pas se limiter à une connaissance unique et fermée sur tel ou tel sujet, mais qu'il est au contraire de notre devoir d'entrevoir toutes les possibilités, aussi inconcevables soient-elles. Chaque patient est influencé , dans sa vie, par ses propres facteurs, il est donc dommage de se restreindre à une théorie basique et linéaire. Cela a pour risque de s'enfermer dans des perceptions et des attitudes inadéquates. C'est pourquoi, dans son approche radicalement empirique, la méthode Ericksonienne évite d'utiliser les principes généraux issus de modèles "scientifiques" de psychothérapie et d'hypnose. La manière d'aider une personne à résoudre ses problèmes doit toujours être développée sur mesure, pour répondre à ses besoins uniques.

. Etre attentif au patient sans avoir d'idées préconçues sur lui, est indispensable dans la méthode Ericksonienne. Avoir des idées d'approche ne veut pas dire avoir des a priori ou des préjugés, il est important d'avoir un aperçu empirique tout en gardant l'esprit totalement ouvert à toutes éventualités, aussi impensables soient-elles.

. L'un des apports fondamentaux d'Erickson en psychothérapie, est que l'inconscient  est une partie bénigne et utile pour la personne. En effet, il s'est aperçu que l'inconscient, bien que difficilement accessible en état de conscience, est une infinie source d'énergie et d'aptitude. Ignoré des patients, le thérapeute est en devoir de lui faire découvrir qu'il a, en lui, toutes les capacités nécessaires de changement, d'adaptation et d'évolution. Pour Erickson, chacun a en lui les ressources suffisantes pour se libérer de ses souffrances et résoudre ses problèmes, sans nécessairement que cela soit compris au niveau conscient. En état modifié de conscience, l'inconscient est la partie du patient qui va recevoir et accepter les suggestions du thérapeute. 

 

Il est évident que, comme tout professionnel de la santé psychologique, le thérapeute est tenu de garder le silence. Sauf, dans un cadre évolutif, s'il y a partage d'expérience entre thérapeutes. Dans tel cas, le nom du patient ne sera jamais divulgué.